Le Vercors

Le massif du Vercors

Les férus d’histoire connaissent ce haut lieu de la Résistance qu’est le Vercors. Les fans de saut à l’élastique ont aussi entendu ce nom au détour d’une célèbre chanson d’Alain Bashung. Mais connaissez-vous vraiment le massif du Vercors ? Bien sûr, une visite rapide sur la page Wikipedia vous apprendra deux ou trois choses, le point culminant, la répartition géographique ou encore les spécialités culinaires.

Mais seules les photos vous raconteront diront vraiment ce que représente le massif du Vercors. Vu de Grenoble, c’est une forteresse quasi-imprenable que Vauban n’aurait pas reniée. Si le nord est couvert de forêt, le sud rappelle parfois les paysages des steppes. Des gouffres, des grottes. Des étendues invitant au ski l’hiver et aux longues randonnées voire au trek l’été.

Il faut dire que le Vercors abrite la réserve naturelle des Hauts-Plateaux, soit un espace s’étendant sur plus de 17 000 hectares, ce qui en fait la plus grande réserve naturelle de France métropolitaine. Là, aucune route, aucun village : c’est le Vercors dans toute son exceptionnelle “sauvagerie”.

La biodiversité peut s’y épanouir en paix. Côté flore, du sabot de Vénus à la campanule des Alpes, de la primevère “Oreille d’ours” aux tulipes sauvages, le choix des espèces – pour la plupart protégées – y est vaste. La faune n’est pas en reste : sangliers, cerfs, chamois, bouquetins, chevreuils et, plus haut, hiboux grands ducs ou aigles royaux.
Et puis, il y a le ciel. L’immensité de la voute céleste au-dessus du Vercors. Pas de pollution lumineuse, une vue à 360°, les constellations comme si vous y étiez, la Voie Lactée à portée de main. Le rêve de tout photographe-randonneur-naturaliste, comme Vincent, qui vous invite ici à une avant-première de ce que vous pourrez découvrir en venant découvrir le massif.

Omar Mahdi






Recent Portfolios